Adepte des voyages,  j’aime emporter mon casse croute avec moi pour déjeuner sur le pouce en gare, dans le train, sur une aire d’autoroute, sur un chemin de randonnée, sur une piste de ski,…
Depuis que le gluten m’est interdit, ça se complique. Les pains sans gluten sont loin d’arriver à la cheville de la bonne baguette traditionnelle que je connaissais, leur prix est démesuré et selon moi, ils sont moins intéressants au point de vue nutritionnel car la plupart des pains industriels sont bourrés d’additifs pour permettre la levée du pain et sa conservation.
En souvenir de mon voyage au Japon où finalement personne n’avait « besoin » de pain pour vivre et où les solutions pour déjeuner à l’extérieur sont nombreuses, je me décide de me tourner vers la solution des bentos.
En effet, cette petite boîte hermétique bien pratique, permet de transporter son lunch facilement et de manger un peu partout sans le support physique qu’est le pain.
J’ai opté pour la marque monbento car leurs bentos sur deux étages permettent de bien compartimenter les préparations et les couverts peuvent être ajoutés sous le couvercle. La taille est sympa, 18.5 cm de long, 9 cm de large sur 5 cm de hauteur pour un bento. Voilà qui passe bien dans mon grand sac à main.
En général je me réserve un compartiment crudités, fruits qui restera frais et un compartiment pour mon plat que je réchaufferais si je le peux. Le volume me convient parfaitement et cette solution me permet d’avoir à chaque fois un plat complet, qui me rassasie plus que mon habituel sandwiche.
Je ne pensais pas qu’on puisse un jour me faire oublier mon sempiternel casse croûte, mais si, me voilà complètement convaincue par le bento sans gluten!

Tout n’est malheureusement pas parfait : la marque monbento reste chère, 28€ pour le bento 13.40€ pour les couverts. Mon bento n’a pas vraiment apprécié les changements de température et aujourd’hui après quelques mois d’utilisation régulière il n’est plus 100% étanche. J’avais choisi le modèle blanc et bien des aliments colorés y ont laissé des traces indélébiles.
un autre inconvénient du concept en général : il faut cuisiner ou avoir des restes réutilisables et faire la vaisselle… mais c’est le prix à payer pour déjeuner gourmand et équilibré en dehors de chez soi.