L’endométriose est une maladie très douloureuse qui touche 10 à 20% des femmes. La maladie se caractérise par le développement de muqueuse en dehors de la cavité utérine. Cette muqueuse hormono-dépendante se développe essentiellement au niveau des ovaires mais peut également se retrouver dans tous les organes avoisinnants. Il est encore aujourd’hui très difficile d’expliquer la maladie, les thérories sont nombreuses et mettent en cause parfois l’environnement, le système immunitaire, les virus, le patrimoine génétique… les traitements ne sont donc que palliatifs pour soulager les patientes au cas par cas.

En 2012, un chercheur du département de gynécologie et obstétrique de l’université Vergata de Rome en Italie, a mené une étude rétrospective dans le but d’évaluer les douleurs et l’amélioration éventuelle de la qualité de vie des patientes atteintes d’endométriose chronique ayant suivi un régime sans gluten pendant 1 an.
207 patientes ont participé à l’étude. Au départ, la valeur de base des symptômes ressentis a été mesurée par une échelle visuelle pour évaluer la dysménorhée (irrégularités des menstruations), les douleurs pelviennes entre les menstruations et des dyspareunies (douleurs lors des rapports sexuels). L’échelle s’étale de 0 à 10, 0 signifie l’absence de douleur, 1-4 : faible douleur, 5-7 : douleur modérée et 8-10 douleur sévère. Le régime sans gluten a été ensuite suivi par l’ensemble des patientes et une nouvelle évaluation a eu lieu 12 mois plus tard. Le test statistique de Student a été utilisé pour valider les conclusions.

Résultats : après 12 mois de suivi du régime, 156 patientes soit 75% de l’échantillon évoquent une amélioration significative de leurs douleurs et 51 patientes (25%) n’ont quant à elles ressentis aucun changement. Aucune patiente n’a rapporté des douleurs plus intenses. Les notes ont considérablement augmenté pour l’ensemble des patientes notamment en ce qui concerne le fonctionnement physiologique, le sentiment général de santé, la vitalité, l’amélioration des rapports sociaux et la santé mentale.

Difficile d’établir un lien clair entre endométriose et gluten mais peut-être qu’arrêter ne serait-ce qu’un temps le gluten pourrait permettre un meilleur confort de vie aux patientes?

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23334113

http://fr.wikipedia.org/wiki/Endom%C3%A9triose