Me voilà intolérante au gluten. OK c’est pas drôle, heureusement que mon restaurant préféré est le restaurant japonais et non l’italien! Encore que… je viens de découvrir que même dans mon petit menu japonais pouvait se cacher du gluten.

Commençons par la soupe miso

Le miso est une pâte fermentée qui se compose de fèves de soja, de céréales (riz ou orge), de sel, d’eau et de kôji (mélange de céréales : blé ou riz ensemencées par une culture de champignon). D’office si votre miso est à base d’orge, même si l’orge contient moins de gluten que le blé, il en contient… qui plus est, il peut-être parfois difficile de savoir quelles sont les céréales utilisées pour créer le kôji et donc même un miso de soja ou de riz peut contenir du gluten.
Pour les personnes les plus sensibles il conviendra donc d’éviter les soupes miso du restaurant. Pour les inconditionnels, il est possible de trouver des marques qui garantissent des misos sans gluten mais il faut bien rechercher avant d’acheter. De mon côté j’ai tenté le miso de riz brun de clearspring qui me semblait ne pas contenir de gluten vu la liste des ingrédients mais sur son site la marque s’engage sur le fait qu’il n’y a pas de blé mais pas sur le gluten…
Pour les plus motivés, pourquoi pas se lancer dans la confection de son propre miso?

Les sushis vous me direz que ce n’est que du poisson et du riz, pourquoi y aurait-il du gluten? Et bien détrompez vous… Si votre restaurateur est un puriste japonais, il n’utilisera peut-être que du vinaigre de riz et du sucre pour assaisonner son riz et confectionner les sushis. Dans le cas contraire et malheureusement pour nous dans la majorité des cas, les vinaigres utilisés sont fait à base de riz mais aussi de cérales : blé et maïs.

Autre élément à ne pas négliger : la sauce soja quasi omniprésente au japonais! En effet la sauce soja est fabriquée à partir d’un koji issu du blé… seules quelques marques garantissent aujourd’hui des sauces soja sans gluten et du coup dur dur d’en trouver au restaurant. Là ça se complique car deviennent inaccessibles les sauces qui accompagnent sushis ou sashimis mais surtout tous les plats cuisinés tels que les yakitoris.

Et le wasabi alors? Si le restaurateur est un puriste, le wasabi servi sera une poudre issue uniquement de la plante du même nom. Pour tout le reste difficile de savoir et il n’est pas rare de voir du gluten dans les sauces en tubes notamment.

Les tempuras du restaurant japonais (beignets légers à base de poissons, légumes ou fruits de mer) sont interdits aux personnes qui suivent une diète sans gluten… En effet les ingrédients de base utilisés pour la pâte sont farine de blé, fécule de maïs, œuf et eau. Pour les fans, rien n’empêche de tester une recette maison à base de farine de riz ou de maïs.

Qu’en est-il de mon dessert fétiche, le daifuku? Le daifuku est fait de riz gluant broyé au mortier fourré d’une pâte – anko – aux haricots azuki et recouvert d’une poudre de soja. J’ai beau chercher mais je ne vois pas d’où proviendrait le gluten dans cette recette. Mieux vaut toujours vérifier la liste des ingrédients si vous achetez le dessert emballé industriellement.

De mon côté je vais toujours au plus simple et c’est toujours avec plaisir que je savoure mon plateau de sashimis 100% poissons frais. Servi avec un bol de riz, c’est un régal et il n’en faut pas plus pour me combler.